La lutte contre la fragmentation des territoires

Un territoire découpé voit sa richesse biologique amoindrie. Une des manières de lutter contre cet appauvrissement est de rétablir des continuités, ou de les aménager dès la construction d’un ouvrage nouveau en réalisant des passages à faune.

Pour éviter cette perte de biodiversité, chaque aménagement doit être conçu pour:

  • Protéger les diverses espèces et maintenir les équilibres écologiques ;
  • Diminuer la fragmentation et la vulnérabilité des habitats naturels et des espèces et rendre en compte leur déplacement ;
  • Faciliter les échanges génétiques nécessaires à la survie des espèces de la faune et de la flore sauvages ;
  • Limiter l’incidence de l’infrastructure sur les milieux ;
  • Assurer la connectivité biologique, la transparence écologique, et la continuité du cheminement pour toutes les espèces de faune de part et d’autre de la voie réalisée ;
  • Créer si possible une infrastructure à biodiversité positive : la situation doit être meilleure après plusieurs années d’exploitation de l’infrastructure qu’avant sa réalisation.

Passages à faune

Une infrastructure routière, autoroutière ou ferroviaire peut constituer :

  • Une rupture biologique ;
  • Un obstacle infranchissable pour de nombreuses espèces ;
  • Une fragmentation des populations avec une incidence sur leur alimentation, leur renouvellement et leur déplacement.

Pour lutter contre ce risque d’appauvrissement de la biodiversité, il faut rétablir des continuités.On aménage donc des passages à faune, dont la conception et la réalisation doivent prendre en compte les spécificités du lieu et des espèces concernées.

Ces ouvrages sont construits soit dans les remblais et en souterrain, soit en passages supérieurs comme des ponts dédiés à la vie sauvage. En point bas, ils doivent souvent assurer les rétablissements hydrauliques et l’écoulement des eaux.

L’aménagement de passages à faune permet de créer un corridor entre les zones séparées et ainsi de rétablir la continuité et la transparence écologique des infrastructures.

On distingue :

  • Les passages toute faune ;
  • Les passages à grande faune : cerfs, chevreuils, sangliers… ;
  • Les passages à petite faune : blaireaux, lièvres… ;
  • Les crapauducs.

Ces ouvrages (de type passages supérieurs ou inférieurs) peuvent être réalisés à partir d’une large gamme de produits préfabriqués en béton  ou d’ouvrages en béton coulés en place:

  • Canalisations de gros diamètre ;
  • Cadres ;
  • Ouvrages voûtes ;
  • Passage supérieur de type PRAD;
  • Tranchées couvertes.

Une autre solution pour les continuités à la fois des écoulements d’eau et de la circulation de la faune consiste en la réalisation ou l’allongement de viaducs. Ce concept de surdimensionnement des ouvrages est aussi utilisé pour des franchissements de rivières. L’objectif est alors de préserver les berges, ainsi que la faune et la flore de ces milieux souvent très riches, où la trame verte se confond avec la trame bleue. 

 



0 commentaires

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Voir aussi
  • 06/06/2017
    GÉNIE CIVIL
    Les passes à poissons
    La continuité écologique des cours d'eau pour la préservation de la biodiversité en site fluvial
  • 24/06/2019
    GÉNIE CIVIL
    Les trames verte et bleue, outils d’aménagement du territoire
    Mis en évidence par le Grenelle de l’Environnement, le besoin de continuité écologique est connu depuis longtemps. Les trames verte et bleue sont l’aboutissement, en France, d’une évolution dont le point de départ est souvent fixé à la création de la première réserve naturelle, dans la forêt de Fontainebleau.
  • 24/06/2019
    GÉNIE CIVIL
    Les récifs artificiels
    La première mission des récifs artificiels est de protéger les fonds marins contre des agressions telles que le chalutage sauvage. S’y ajoute de plus en plus une fonction dite de production, qui consiste à offrir le gîte et le couvert à certaines espèces. Ils participent aussi à l’aménagement des ports où les eaux sont riches en nutriments mais pauvres en refuges.