Résumé

La rénovation concerne des constructions de toutes sortes, dont la part la plus importante, quand elles ont été construites au cours des soixante-dix dernières années, est en béton. Aussi est-il naturel de considérer la rénovation, mais aussi l’extension ou encore la surélévation dans la logique de leur construction, c’est-à-dire en béton. Cette logique s’appuie sur un éventail important d’arguments qui vont de la maîtrise technique et de la culture béton largement partagée par les entreprises de gros œuvre française, à la mise sur le marché de matériaux et systèmes parfaitement adaptés à toutes les exigences techniques comme de faisabilité et d’organisation de chantier. Et ce, pour la rénovation simple et l’extension, mais aussi pour la surélévation, pratique de plus en plus répandue en milieu urbain contraint.

Sommaire

  1. Interview de Philippe Pelletier
  2. Béton en rénovation : une solution éprouvée largement partagée
  3. Les atouts du béton en rénovation
  4. Extension en sous-oeuvre et latérale, indispensable ou optionnel, le béton toujours efficace
  5. Surélévation : un vecteur de compacité urbaine
  6. Surélévation en béton : le champ des possibles


0 commentaires
Voir aussi
  • 04/12/1998
    REVUE
    Construction Moderne n°97
    Lancée au printemps 1998, une enquête de lectorat de Construction moderne a donné à nos lecteurs l’occasion de s’exprimer. Plébiscitée sur le fond, la revue se voit confortée dans son objectif :montrer le béton “matière d’architecture” et la liberté constructive qui résulte de ses ressources techniques et plastiques. Le principe fondateur de notre publication s’en trouve ainsi réaffirmé.Mais parce que nous entendons répondre aux attentes de notre public, une nouvelle formule a été élaborée :plus dynamique, la revue attache toujours autant d’importance à l’image mais s’oriente vers un traitement plus structuré et plus visuel du texte qui facilite l’accès à l’information.
  • 04/01/1998
    REVUE
    Construction Moderne n°94
    Non loin du Futuroscope de Poitiers, le bâtiment de l’école des cadres de l’éducation nationale jette les bases d’un nouveau quartier. Ses volumes, sa façon bien particulière d’occuper l’espace, sont autant de moyens de s’affirmer et de marquer l’ambiance du lieu.