Les atouts du béton : le béton, source de biodiversité positive

Il permet de construire des récifs artificiels, espaces de vie pour la biodiversité qui apporte une plus-value écologique positive au milieu marin.

Il favorise la colonisation biologique par son état de surface (texture rugueuse, rugosité adaptable) favorisant une accroche rapide. La variété et la complexification potentielle de ses formes offrent des habitats très diversifiés et attirent une grande diversité d’espèces.

Il offre des habitats adaptés à tous les types de poissons, ceux qui se tapissent dans les cavités, ceux qui se complaisent dans les interstices, ceux qui préfèrent explorer le site…

Minéral, neutre et inerte

Minéral et neutre, le béton n’altère pas la qualité de l’environnement dans lequel il est immergé.

Inerte, il ne génère aucune pollution par lessivage ou lixiviation.

Robustesse, résistances mécaniques et durabilité

Le béton s’impose comme le matériau pérenne de référence pour réaliser des récifs artificiels, compte tenu de ses qualités intrinsèques et :

  • de sa résistance mécanique face aux effets de la houle : Les récifs doivent résister à des efforts importants générés par les courants et la houle ;
  • de sa résistance aux agressions marines : Le béton résiste aux chocs ;
  • de sa résistance aux agressions chimiques marines : Le béton résiste parfaitement à un environnement salin agressif ;
  • de sa résistance aux agressions biologiques : Le béton ne subit pas de désagrégation physique ou chimique par l’activité biologique.

Le béton satisfait aux exigences de service, de durabilité et de sécurité structurale tout au long de la durée d’utilisation des ouvrages.

Extrême souplesse de mise en œuvre et modularité

Pour la construction d’habitats marins, le design de structures en béton peut être mené avec une très grande liberté car le béton permet des formes, des imbrications, des aménagements et des assemblages divers.

Une grande diversité de modules d’habitats artificiels utilise, depuis plusieurs décennies, le béton qui offre à cet égard une grande souplesse d’utilisation.

Large palette de formes et de textures

Le béton permet de créer une large palette de forme, de textures, d’états de surface et de rugosités qui facilite l’accroche de la biomasse et la colonisation.

La rugosité adaptable du parement a en effet une influence importante sur la rapidité de la colonisation par la faune marine.

Le béton permet de créer des formes et des volumes multiples avec des anfractuosités, des ouvertures et des cavités de dimensions variables adaptées aux poissons que l’on souhaite accueillir.

Il permet de concevoir des récifs sur-mesure qui vont très vite être colonisés par les poissons.

Capacité à être facilement colonisé et qualité d’accueil de la biodiversité

Le béton favorise la rapidité du développement de la biomasse et donc de la colonisation biologique grâce aux  propriétés de ses états de surface, gage du développement optimal de la biodiversité marine.

Sa texture permet une colonisation rapide et riche par la flore marine, qui est indispensable pour attirer les poissons.

La variété et la complexification potentielle de ses formes offrent des habitats très diversifiés et attirent une grande diversité d’espèces



0 commentaires
Voir aussi
  • 24/06/2019
    GÉNIE CIVIL

    Les trames verte et bleue, outils d’aménagement du territoire

    Mis en évidence par le Grenelle de l’Environnement, le besoin de continuité écologique est connu depuis longtemps. Les trames verte et bleue sont l’aboutissement, en France, d’une évolution dont le point de départ est souvent fixé à la création de la première réserve naturelle, dans la forêt de Fontainebleau.
  • 02/10/2020
    Les ouvrages en béton au service des trames verte et bleue
    Depuis la nuit des temps, l’action de l’Homme a modifié notre environnement. Outre l’exploitation de la terre pour l’agriculture et la forêt, le développement des villes et des villages et la création de grands équipements ont profondément transformé la nature. La biodiversité en a été affectée, avec un risque d’appauvrissement de notre patrimoine.
  • 17/01/2010
    Construction Moderne Ouvrages d'art
    Construction Moderne Ouvrages d'art 2010
    On voyait jadis, dans les ponts et les chaussées, autant de façons de relier les hommes entre eux et d’en favoriser les échanges. Tracer un chemin augmentait la prospérité des villages qu’il traversait. On venait de plus loin au marché, à l’école ou à l’église. Hier encore, la route carrossable permettait un accès plus rapide à l’hôpital, donc à la santé, et aux loisirs : la découverte des congés payés, en 1936, se fit en vélo, au fil des routes. Or il s’est produit, avec le Grenelle, un curieux basculement du regard porté sur les territoires. Les infrastructures de transport sont désormais perçues comme une fragmentation de l’espace, réductrice de la biodiversité ordinaire.