Résumé

Dans ce contexte, l’inertie thermique du bâtiment devient un critère décisif de la construction. Les qualités du béton, sa capacité à accumuler de la chaleur, à la stocker et à la restituer dans la durée, en font un matériau efficace pour répondre aux nouvelles exigences.

Sommaire

  1. Villa à Roussillon : Doubles murs capteurs en béton pour une extension à vivre. 
  2. Maison à Brest : Béton brut de décoffrage et haut confort thermique, hiver comme été.
  3. Maison à Montpellier : Une isolation par l’intérieur qui n’entame rien des qualités thermiques du béton.


0 commentaires
Voir aussi
  • 04/12/1998
    REVUE
    Construction Moderne n°97
    Lancée au printemps 1998, une enquête de lectorat de Construction moderne a donné à nos lecteurs l’occasion de s’exprimer. Plébiscitée sur le fond, la revue se voit confortée dans son objectif :montrer le béton “matière d’architecture” et la liberté constructive qui résulte de ses ressources techniques et plastiques. Le principe fondateur de notre publication s’en trouve ainsi réaffirmé.Mais parce que nous entendons répondre aux attentes de notre public, une nouvelle formule a été élaborée :plus dynamique, la revue attache toujours autant d’importance à l’image mais s’oriente vers un traitement plus structuré et plus visuel du texte qui facilite l’accès à l’information.
  • 01/10/2020

    Maîtrise du retrait endogène ou retrait d'autodessiccation

    L’hydratation du ciment entraine, dès le début de la prise, une dessiccation au sein du béton appelée autodessiccation. Car le volume des hydrates formés lors de la réaction d’hydratation du ciment est inférieur à la somme des volumes des deux constituants (ciment anhydre et eau).