Résumé

Le Centre international de l’art pariétal Lascaux IV rend accessible au grand public une reproduction de la célèbre grotte dans un véritable bâtiment paysage. Le Lilliad Learning Center Innovation à Lille donne une nouvelle vie à l’ancienne bibliothèque universitaire, tout en offrant dans son extension des espaces de diffusion de l’innovation et de la science en train de se faire.

À Pantin, la rénovation des anciens magasins généraux transforme ces entrepôts en lieu de création, de réflexion et d’expérimentation, siège de l’agence de publicité BETC. L’école d’ingénieurs SeaTech, à La Garde, s’inscrit dans une démarche de reconquête et de mise en valeur du paysage. Le « Lieu de vie » du campus de Paris- Saclay invente un équipement ouvert aux usages multiples au service des étudiants.

Sommaire

  1. Montignac (24) : Centre international de l'art pariétal Lascaux IV
  2. Pantin (93) : reconversion des anciens magasins généraux
  3. Bonifacio (20) : Maison des pêcheurs à l'ortu Duzzi
  4. Villeneuve-d'Ascq (59) : Lilliad learning center innovation
  5. Paris (75) : Résidence médicale et sociale, hôpital de jour
  6. Mantes-la-Jolie (78) : Extension Restructuration du lycée Saint-Exupéry
  7. Toulon (83) : Seatech école d'ingénieur
  8. Gif-sur-Yvette (91) : Lieu de vie sur le campus de Paris-Saclay


0 commentaires

Voir aussi

  • 01/03/2018
    Bordeaux

    Extension de la gare Saint-Jean

    L’extension de la gare Saint-Jean dessinée par AREP assure en finesse et en transparence l’ouverture sur le nouveau quartier Euratlantique. Le béton clair s’accorde à la pierre blonde du bâti alentour.
  • 01/02/2004
    REVUE

    Construction Moderne n°115

    Les projets primés à l’occasion de la 6e session du concours “Bétons, matière d’architecture” sont actuellement exposés à l’Institut français d’architecture à Paris. Ils seront également visibles cette année dans les communes partenaires du concours et dans différentes écoles d’architecture.
  • 01/01/1999
    REVUE

    Construction Moderne n°98

    Près de cinq cents étudiants sont entrés en lice : la session 1998-1999 du concours Bétons, matière d’architecture est maintenant bien lancée.Mais c’est en juin prochain, au moment de la proclamation des résultats, que le concours connaîtra son point d’orgue. Quatrième du nom, ce concours est bien sûr une preuve du dynamisme de la filière béton. Davantage encore, c’est une démonstration renouvelée de l’intérêt des étudiants pour ce matériau d’avenir.