Constat 

Les infrastructures font face à de nombreux aléas d’origine anthropique ou naturelle qui se concrétisent par des événements les endommageant régulièrement.

La robustesse des infrastructures de transport structurantes détermine la capacité d’un territoire à assurer la continuité de certaines activités et de certains services essentiels.

Les maitres d’ouvrage et exploitants d’infrastructure sont responsables du fonctionnement des infrastructures de transport de manière continue en toute sécurité pour les usagers.

Enjeux de la résilience des infrastructures

Les infrastructures résilientes au changement climatique sont l’assurance de pouvoir améliorer la fiabilité des réseaux, d’augmenter la durée de vie des actifs et ainsi de protéger le patrimoine.

L’enjeu actuel consiste donc à améliorer la résilience des infrastructures pour les adapter aux effets du changement climatique.

Il s’agit de préserver, d’améliorer la fiabilité des réseaux et de maintenir en état de fonctionnement un patrimoine indispensable à l’économie.

Des pistes pour améliorer la résilience des infrastructures 

Une approche prospective de la résilience face aux effets du changement climatique des infrastructures permet d’anticiper et éviter un certain nombre de risques et limiter les impacts économiques et sociaux sur les usagers.

Il convient :

  • d’analyser l’exposition actuelle et future du réseau aux effets du changement climatique
  • de déterminer les points sensibles des réseaux
  • d’identifier les sensibilités actuelles des infrastructures aux aléas climatiques
  • d’analyser l’évolution des menaces et des vulnérabilités des infrastructures dans un contexte de changement climatique
  • d’identifier des solutions d’adaptation des infrastructures
  • de mettre au point une stratégie de résilience 
  • de prioriser les solutions d’adaptation potentielle 
  • de prendre des mesures préventives et correctives.

 

Il n’existe pas de solutions unique et toute faite d’une infrastructure résiliente au changement climatique. En effet la solution dépend des caractéristiques de l’infrastructure, des usages auxquelles elle doit répondre, des services qu’elle offre mais surtout des aléas auxquels elle est soumise.

L’évolution des effets du changement climatique impose aux infrastructures ayant une durée de vie longue, d’être adaptée non pas à un climat donné, mais à plusieurs climats qui se succèderont tout au long du cycle de vie des infrastructures.



0 commentaires
Voir aussi
  • 12/03/2019
    Dossier
    Infrastructures : retraiter les chaussées en place
    Le retraitement des chaussées en place aux liants hydrauliques est un procédé de rénovation des routes. Proche des principes de l’économie circulaire, il consiste à utiliser le gisement de matériau existant dans une chaussée dégradée pour construire une nouvelle structure de chaussée avec des avantages techniques, économiques, écologiques et de rapidité de mise en œuvre incomparables.
  • 22/06/2017
    GÉNIE CIVIL

    Les ouvrages d’art en béton : les liens pérennes des territoires

    La création de nouveaux axes routiers, autoroutiers et ferroviaires est indispensable pour garantir le développement économique, commercial et touristique des territoires, relier les hommes et faire circuler les marchandises. Les tracés rencontrent de multiples obstacles qui sont franchis par des ouvrages d’art (les ponts)  respectant le paysage, l’environnement et la biodiversité.
  • 24/06/2019
    GÉNIE CIVIL
    Les trames verte et bleue, outils d’aménagement du territoire
    Mis en évidence par le Grenelle de l’Environnement, le besoin de continuité écologique est connu depuis longtemps. Les trames verte et bleue sont l’aboutissement, en France, d’une évolution dont le point de départ est souvent fixé à la création de la première réserve naturelle, dans la forêt de Fontainebleau.