Du latin au GIEC

Le concept de résilience s’applique à l’origine à la physique. Il désigne la notion de retour à l’état initial et s’apparente à la capacité du matériau à résister à des chocs ou à des pressions.

En psychologie, la résilience est la capacité à vivre, à réussir, à se développer en dépit de l’adversité. Le terme désigne une force morale, la qualité de quelqu’un qui ne se décourage pas, ne se laisse pas abattre, la capacité à se reconstruire et à récupérer suite à des traumatismes.

La résilience des communautés est définie par la capacité à s’adapter à des crises, à continuer à vivre et à fonctionner après un traumatisme, à supporter des chocs et des tensions extérieurs sans perturbation significative, à retrouver un nouvel état d’équilibre.

La résilience d’un système est sa capacité à résister, à s’adapter et à survivre à des altérations ou des perturbations extérieures (pollution, catastrophes naturelles, effets du changement climatique…) affectant sa structure ou son fonctionnement et à trouver à terme un nouvel équilibre et à assurer sa durabilité en s’adaptant à des éléments déstabilisateurs.

La résilience est définie par le GIEC comme la « capacité des systèmes sociaux, économiques ou écologiques à faire face aux événements dangereux, tendances ou perturbations, à y réagir et à se réorganiser de façon à conserver leurs fonctions essentielles, leur identité et leur structure, tout en maintenant leurs facultés d’adaptation, d’apprentissage et de transformation ».

En matière d’aménagement des territoires 

La résilience intègre donc la notion de résistance aux perturbations et aux chocs et à la capacité d’assurer la continuité des fonctions essentielles, à se renouveler, à se réorganiser, à trouver de nouvelles trajectoires pour mieux prévenir une nouvelle catastrophe.

La notion de résilience nécessite donc de prendre en compte les risques naturels (érosion, tremblements de terre…), climatiques (effets du changement climatique, canicules, inondations, tempêtes …) et sanitaires dans la conception d’un territoire, d’une ville et de ses bâtiments pour anticiper et s’adapter à ces risques. 

C’est une politique de gestion intégrée des risques qui couvre l’anticipation, la prévention, la protection, l’adaptation, le rebond.

La résilience se décline ainsi à plusieurs échelles de temps :

  • S’adapter avant la crise
  • Résister et survivre pendant la crise 
  • Rebondir et reconstruire après la crise


0 commentaires
Voir aussi
  • 25/05/2021
    Webinar

    Replay du CementLAB Workshop n°9 "Résilience climatique" le 20/05

    En partenariat avec Impulse Partners, le 9ème Workshop du CementLAB, "Résilience Climatique", a eu lieu le 20 mai 2021. Découvrez les différentes réponses avancées par le CEREMA, Résallience, Power Of Moss,  SEDIPEC et Climate City aux effets du changement climatique.
  • 11/04/2018
    Béton : l'atout de la résilience
    Béton : l’atout sécurité   Pérennité et sécurité sont deux préoccupations majeures pour les gestionnaires des ouvrages d’aménagement du territoire. Engagée pour un « mieux vivre ensemble », la filière béton, au plus près des utilisateurs, apporte tout naturellement sa contribution à l’aménagement durable de nos territoires.
  • 01/09/2016
    Seine-Aval
    Résilience territoriale et inscription citoyenne
    Depuis 1993, l’architecte Luc Weizmann* réalise des unités de traitement de l’eau à Seine-Aval. Le sens de son engagement ? Transformer des infrastructures industrielles en architectures publiques à part entière.