Pour l’ensemble O’2 Parcs, le cabinet Hardel Le Bihan Architectes a livré un programme aux lignes épurées, revêtu de béton clair. Les trois bâtiments, posés sur un socle commun, se singularisent par le travail du béton en façade. Pour l’immeuble de 7 étages de logements sociaux, c’est un jeu de matriçage vertical, façon « planches », qui a été retenu. La mise en relief de la matière procure ainsi un jeu subtil d’ombres et de lumières sur la façade. Mes deux autres bâtiments du programme (R + 6 et R + 11) ont été travaillés avec des bétons bruts lasurés, lasure également présente sur le béton matricé. Outre l’aspect esthétique, la lasure laissant voir la texture et le grain du matériau, elle offre également une protection contre la pluie et le ruissellement.

Le cabinet d’architecture a exprimé un cahier des charges extrêmement précis pour sublimer les bétons architectoniques utilisés : le moins de bullages possible, un calepinage précis des trous de banches, des arrêts de bétonnage et autres joints entre banches réduits à leur plus simple expression. La composition des bétons, très riche en fillers calcaire, garantit un parement qualitatif et pérenne.

Les voûtes catalanes, autre signature du projet

Si le traitement des façades signait le complexe, il n’était pas suffisant pour donner son identité à O’2 Parcs. Des balcons sont venus rythmer les façades, offrant une vue sur les chantiers navals ou les bords de Loire plus lointains. Pour s’intégrer parfaitement à l’esthétique des bétons coulés en place, tout en tenant compte de formes souvent complexes, ce sont 184 balcons préfabriqués qui habillent les trois immeubles. Si certains sont assez simplement conçus comme poutres sur consoles, les plus significatifs sont ceux qui développent sur les 11 niveaux du bâtiment A des voûtes catalanes, véritables signatures architecturales.



0 commentaires
Voir aussi
  • 01/09/2007
    REVUE
    Construction Moderne n°126
    Loin de se figer dans une image surannée,le patrimoine architectural est bien vivant. La restructuration-extension du musée de l’Orangerie en est une belle illustration qui trouve un parfait équilibre entre histoire et modernité. L’achèvement de l’église Saint-Pierre à Firminy, plus de 40 ans après la mort de Le Corbusier,nous montre combien son œuvre,toujours d’actualité,sait nous émouvoir au-delà des mots.Dans tous les cas, le béton met ses qualités plastiques et ses performances au service du patrimoine vivant. Matériau vivant,donc,le béton évolue de façon continue, et les “nouveaux bétons” sont devenus des produits courants dont les atouts font l’objet du dossier “Solutions béton” de ce numéro.
  • 01/01/2016
    REVUE
    Construction Moderne n°spécial Équipements publics
    Comme le sculpteur malaxe et modèle la terre, on coule le béton. Il permet par sa souplesse toutes les formes et toutes les audaces, toutes les performances, au grand bonheur des concepteurs… Ainsi, les dentelles du théâtre de Saint-Nazaire, la légèreté des ventelles de l’école de Châtellerault, les lames de béton fibré de l’Ehpad parisien, les ondulations et suspensions de l’école d’arts de Carcassonne.