Cet ouvrage relate le récit de la réalisation de l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon (ENSAL). Elle a été conçue par les architectes Françoise-Hélène Jourda (1955-2015) et de Gilles Perraudin (1949), qui ont reçu le prix spécial du jury de l’Équerre d’argent en 1987 pour ce projet. Livrée en 1988, l’ENSAL se distingue comme l’une des constructions publiques les plus singulières des années 1980, véritable symbole du réinvestissement de l’État dans la formation des architectes. Pendant près d’une vingtaine d’années, les projets se multiplient dans l’agglomération lyonnaise avant que le choix de la localisation de la nouvelle École d’architecture ne se porte sur Vaulx-en-Velin, dans le cadre d’un rapprochement avec l’École nationale des travaux publics de l’État, construite en 1976, matérialisant sa longue complicité avec les grandes écoles publiques d’ingénieurs et qui marque le début d’une structuration des campus de ce qui deviendra l’Université de Lyon. Richement illustré ce livre est réalisé sous la direction de Philippe Dufieux professeur chercheur d’histoire de l’architecture à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon.



0 commentaires
Voir aussi
  • 15/04/2021
    Classement des toitures-terrasses selon leurs destinations
    La toiture-terrasse, grâce à sa faible pente, rend l’espace disponible pour de multiples usages. Sur un plancher en béton, elle offre aussi facilité et simplicité d’entretien. Cet élément porteur permet également d’augmenter l’inertie thermique et d’améliorer le confort acoustique.
  • 15/04/2021
    Toitures-terrasses : les relevés d’étanchéité, des ouvrages très encadrés
    Les règles de construction applicables aux relevés d’étanchéité se sont considérablement renforcées. Souvent considérés comme le point faible des toitures-terrasses, ils nécessitent une attention accrue à tous les niveaux de leur réalisation : les défauts d’exécution sont susceptibles de générer des décollements ou des déchirements. Des exigences plus sévères qui s'étendent également au gros œuvre.
  • 01/06/2018
    REVUE
    Construction Moderne n°156
    Par son implantation, son programme et son architecture, tout bâtiment participe à la transformation et à l’amélioration du cadre de vie urbain. De plus en plus fréquemment, une même opération abrite différents programmes répondant ainsi à la mixité d’usages dont ont besoin les habitants. À Lingolsheim, le groupe scolaire Simone Veil, le gymnase Colette Besson et l’IME s’inscrivent dans un bâtiment unique qui participe à la constitution du coeur du nouvel écoquartier des Tanneries.